Sance acadmique

QUESTIONS D'ACTUALIT

"Actualit scientifique sur le coronavirus (Covid-19)", Odile LAUNAY

"Commission Dictionnaire et veille des mots et du langage", Pierre FAURE

EXPOSS

"Microparticules fibrinolytiques : de la physiopathologie du sepsis l'mergence d'un nouveau biomarqueur", Franoise DIGNAT-GEORGE

"Rle et ciblage du fer dans le cancer", Raphal RODRIGUEZ

COMMUNICATIONS

"Apports de la biologie dans la prise en charge des traumas crniens lgers", Vincent SAPIN

"L'innovation ouverte l'heure du digital", Claude BERTRAND

"'Imagerie et radiopharmaceutiques pour une nouvelle vision de la pharmacocintique", Nicolas TOURNIER



 

Séance académique

Mercredi 26 février 2020

 

 

1-  Activités administratives de l’Académie

Approbation du compte rendu de la séance du 4 décembre 2019 (document disponible sur le site de l’AnP)

Informations du Président

Informations du Secrétaire Perpétuel


2- Travaux scientifiques & professionnels

2.1 Questions d’actualité 

« Actualité scientifique sur le coronavirus (Covid-19)

Odile Launay, membre de l’Académie nationale de Pharmacie, présentée par Liliane Grangeot-Keros

 Diapositives présentées

« Commission Dictionnaire et veille des mots et du langage »

Pierre Faure, membre de l’Académie nationale de Pharmacie

Vidéo brève

Diapositives présentées 

  

2.2 Exposés (20 min)

« Microparticules fibrinolytiques : de la physiopathologie du sepsis à l’émergence d’un nouveau biomarqueur »

Françoise Dignat-George, Centre de Recherche Cardiovasculaire et Nutrition (C2VN) INSERM 1263 INRA 1260, Aix Marseille université

Diapositives présentées

Les microvésicules ( MV ) sont des structures subcellulaires libérées par les cellules activées ou en apoptose. Leur description initiale comme des entités procoagulantes a été revisitée par la mise en évidence à leur surface de molécules à activité anticoagulante et fibrinolytique. Notre groupe a développé un test innovant d’immunocapture magnétique permettant de mesure la capacité des MV humaines à générer de la plasmine (MV – PGC) et a montré que cette activité est élevée chez des patients en choc septique (SC) qui survivent. Nous avons posé l’hypothèse que ces MV –PGC pouvaient avoir un rôle protecteur reposant sur leur capacité à lyser un thrombus et nous avons étudié les mécanismes impliqués. Les MV granulocytaires des patients SC ont un profil PGC différentiel qui repose sur une expression hétérogène du système u-PA / u-PAR. Les MV à forte activité PGC sont capables de lyser un thrombus in vitro. Après injection dans un modèle murin de SC, elles sont associées à une amélioration de la survie et à une réduction du nombre de thrombi dans les organes vitaux. Les MV granulocytaires à haut potentiel PGC favorisent la dissolution d’un thrombus, conférant aux MV un rôle protecteur dans un modèle murin de sepsis.

Ces données originales sur la génération de plasmine par les microvésicules apportent une nouvelle vision de leur rôle bénéfique ou protecteur dans la physiopathologie du sepsis, élargissent leurs indications en tant que biomarqueur et ouvrent la voie vers de nouvelles thérapeutiques ciblant les déséquilibres de la fibrinolyse.

« Rôle et ciblage du fer dans le cancer »

Raphaël Rodriguez, Ph.D., FRSC, Research Director at the CNRS, Head of Chemical Biology of Cancer, CNRS UMR3666 - INSERM U1143, Institut Curie, France

Vidéo brève

CD44 is a transmembrane glycoprotein that is linked to various biological processes reliant on epigenetic plasticity, including development, inflammation, immune responses, wound healing and cancer progression. However, functional regulatory roles of this so-called ‘cell surface marker’ remain elusive. Here, we report the discovery that CD44 mediates endocytosis of iron-bound hyaluronates in tumorigenic cell lines, primary cancer cells and tumors. This glycan-mediated iron endocytosis mechanism is enhanced during epithelial-mesenchymal transitions, where iron operates as a metal catalyst to demethylate repressive histone marks that govern the expression of mesenchymal genes. CD44 itself is transcriptionally regulated by nuclear iron, demonstrating a positive feedback loop, which is in contrast to the negative regulation of transferrin receptor by excess iron. Finally, we show that epigenetic plasticity can be altered by interfering with iron homeostasis using small molecules. This study reveals an alternative iron uptake mechanism that prevails in the mesenchymal state of cells, illuminating a central role of iron as a rate-limiting regulator of epigenetic plasticity.

2.3 Communications (10 min)

« L’innovation ouverte à l’heure du digital »

Claude Bertrand, Vice-Président Exécutif R&D, Directeur Scientifique, Institut de recherches Internationales Servier, présenté par la 2ème section

Vidéo brève

L’innovation ouverte ou « Open Innovation » consiste pour les entreprises à ouvrir leur recherche à des collaborations extérieures (académiques, « start-ups », biotech). L’innovation ne se fait plus uniquement en interne. Ce concept, devenu réalité il y a plus de vingt ans, est censé répondre aux challenges majeurs de l’industrie pharmaceutique ex. chutes des brevets, coûts de développement croissants, réduction de la rentabilité de la R&D, personnalisation des traitements, introduction de nouvelles modalités de traitements (anticorps, thérapie génique et cellulaire) ... Cette approche a demandé une évolution forte des organisations, des états d’esprit dans les entreprises. A cela s’ajoute, plus récemment, l’introduction du numérique qui accélère cette mutation et introduit de nouvelles façons d’innover, de penser et de nouvelles façons de travailler. L’entrée du numérique dans la recherche et le développement de l’industrie pharmaceutique est une transformation majeure voire une révolution Il est donc important d’intégrer cette nouvelle dimension numérique dans notre effort d’innovation ouverte. C’est avant tout une question d’état d’esprit.

Confrontées à ce défi, les sociétés pharmaceutiques ont commencé à tester et à mettre en œuvre de nouvelles approches fondées notamment sur une meilleure exploitation des données disponibles en ayant recours à des solutions digitales spécifiques et à l’intelligence artificielle. Le succès de cette transformation dépendra largement du recrutement par les industriels de la pharmacie de nouveaux profils de compétences capables de travailler en environnement ouvert et de tirer pleinement profit du potentiel des outils digitaux.

Open innovation has been implemented in the pharmaceutical industry over the last 20 years to respond to the productivity challenges of R&D organizations. The recent introduction of digital solutions in this environment could represent another revolution in the way we innovate to discover new therapies. Those new trends and consequences will be discussed in this presentation.

« Apports de la biologie dans la prise en charge des traumas crâniens légers »

Vincent Sapin, CHU de Clermont-Ferrand, UCA, présenté par la 3e section

Vidéo brève

Diapositives présentées

Les traumatismes crâniens sont un motif fréquent d’admission dans les services d’urgences adultes et pédiatriques. Selon les mécanismes ayant généré ce traumatisme crânien, les symptômes cliniques post-événement traumatique et les antécédents du patient, il existe trois classes de traumatismes crâniens : légers, modérés et graves. Les plus fréquemment rencontrés sont les traumatismes crâniens légers, dont l’évolution est généralement sans gravité, mais ils peuvent être associés dans 2 à 4 % des cas à des lésions intracérébrales, qui peuvent alors nécessiter une prise en charge neurochirurgicale. Afin de diagnostiquer ces rares complications, des algorithmes de prise en charge existent au sein de la société française de médecine d’urgences pour les adultes et de la société française de pédiatrie pour les nouveau-nés jusqu’aux adolescents. Jusqu’à peu, cette prise en charge était uniquement basée sur une surveillance après hospitalisation du patient avec la potentielle réalisation d’un scanner entre la 4e à 8e heure post-traumatisme crânien. Depuis quelques années, des stratégies basées sur le dosage de biomarqueurs sanguins sont apparues.

Ces biomarqueurs de souffrance cérébrale sont absents ou très faiblement présents dans la circulation sanguine chez une personne saine et s’élèvent lors d’une souffrance cellulaire comme lors d’un traumatisme crânien léger. Ils ont deux origines majoritaires : astrocytaire ou neuronale. Afin d’illustrer l’apport de ces biomarqueurs, nous prendrons comme exemple, celui de la protéine S100B. En effet, suite à la publication princeps de Biberthaler et collaborateurs (Shock, 2006), la protéine S100B est devenue l’un des biomarqueurs les plus décrits et étudiés, voire adoptés, dans un algorithme décisionnel clinico-biologique de certaines sociétés internationales de médecine d’urgence comme dans les pays scandinaves. Les principales études convergent toutes pour attribuer à la protéine S100B, un rôle de biomarqueur à très haute sensibilité et valeur prédictive négative pour éliminer des lésions intracérébrales à l’instar de celles qui pourraient être déterminées par le scanner. Dans ce cadre, les protocoles clinico-biologiques qui sont proposés tablent sur une réduction de 30 % de la réalisation de scanners chez des patients arrivant dans les services de médecine d’urgences pour suspicions de traumatisme crânien, permettant de démontrer l’apport de la biologie médicale dans la prise en charge des patients traumatisés crâniens légers.

« Imagerie et radiopharmaceutiques pour une nouvelle vision de la pharmacocinétique »

Nicolas Tournier, Radiopharmacien Chercheur au Service Hospitalier Frédéric Joliot, UMR BioMaps, Université Paris-Saclay, CEA, CNRS, Inserm, Orsay, France, présenté par la 1re section

Vidéo brève

Diapositives présentées

L’imagerie moléculaire joue un rôle de plus en plus important dans le diagnostic et la prise en charge thérapeutique moderne. La distinction de mécanismes pathologiques spécifiques permet d’envisager une prise en charge individualisée, sur des bases moléculaires, obtenues à l’échelle tissulaire de manière peu invasive. Ces informations « théranostiques » ou de « pharmaco-imagerie » sont en partie obtenues grâce à des radiopharmaceutiques innovants dont le développement bénéficie pleinement de la formation et des connaissances des pharmaciens et radiopharmaciens dans les domaines de la chimie de synthèse et analytique, la biologie, la pharmacologie, la pharmacocinétique, la biophysique et la réglementation pharmaceutique. Les mécanismes étudiés concernent le plus souvent des biomarqueurs ou des cibles pharmacologiques, on parle alors de pharmaco-imagerie, dans le but d’affiner le diagnostic ou de prédire la réponse à des thérapies ciblées.

Depuis quelques années, les progrès de la radiochimie permettent de radiomarquer des analogues chimiques stricts de principes actifs par des isotopes afin d’en étudier la cinétique tissulaire. Cette approche permet de mettre en évidence des mécanismes pharmacocinétiques qui conditionnent le passage de xénobiotique au travers des membranes biologiques et d’en évaluer les conséquences sur leur distribution vers les tissus cibles ou vulnérables. L’utilisation de techniques d’imagerie translationnelles dans le cadre d’études cliniques permet d’apporter une explication mécanistique à la variabilité pharmacocinétique ou pharmacodynamique qui est observée chez l’Homme par des approches plus conventionnelles. Cette approche connait un essor notable avec le développement d’outils d’imagerie permettant d’étudier l’importance des transporteurs membranaires dans les étapes de distribution et d’élimination des médicaments chez l’Homme.

 

Clôture par le Président, Patrick Couvreur

 

*     *

*