Séances

Séances académiques - Comptes-rendus

 Séance académique

 Mercredi 3 mai 2017 à 14 h 00

 

Travaux scientifiques & professionnels

Questions d’actualité

« La mise à jour de la réglementation européenne des DM »

Jean-Claude Ghislain, membre de l’Académie nationale de Pharmacie

Diapositives présentées

« Génopole »

Jean-Marc Grognet, membre de l’Académie nationale de Pharmacie

Exposés

« Médecine Traditionnelle Chinoise dans la Pharmacopée Européenne »

Gerhard Franz, membre correspondant européen de l’Académie nationale de Pharmacie

Diapositives présentées

La médecine traditionnelle chinoise (MTC) s’appuie en pratique sur la phytothérapie à partir des milliers de plantes répertoriées dans la Pharmacopée Chinoise. Ces plantes ont été sélectionnées au fil du temps de manière empirique et non sur la base d’études rigoureuses et contrôlées. La composition de certains remèdes traditionnels démontre qu’il s’agit de plantes toxiques pour le foie, les reins voire cancérigènes. De plus, plusieurs études ont mis en évidence la présence dans ces remèdes de métaux lourds toxiques à des niveaux élevés.

Pour prévenir ces problèmes avec des plantes d’origine chinoise se trouvant sur les marchés européens, la Pharmacopée européenne, ouvrage de standardisation de la qualité des médicaments à l’usage humain, pour les pays européens, inclut, désormais, des monographies de qualité avec des standards et des normes permettant de protéger la santé publique. Ainsi, la Commission de la Pharmacopée Européenne a mis en place un programme de travail sur un certain nombre de drogues végétales d’origine chinoise.

Actuellement, après dix ans de travail du groupe d’experts MTC, plus de 60 monographies concernant des drogues chinoises sont publiées dans la Pharmacopée Européenne. Mais pour répondre aux usages de thérapie de médecine traditionnelle chinoise, il faudrait au minimum 200 monographies !

« Recertification des personnels de santé »

Patrick Bouët, Président du Conseil National de l’Ordre des Médecins

« Application DOCAMED d’enseignement et de documentation sur les médicaments et leurs indications thérapeutiques »

Philippe Lechat, APH-HP, COMEDIS AP-HP

Diapositives présentées

DocaMED est une application numérique d’enseignement et de documentation sur les médicaments et leurs indications thérapeutiques. Pour chaque indication thérapeutique, les médicaments ayant l’AMM dans l’indication et commercialisés en France sont présentés par classe pharmaco-thérapeutique ATC de l’OMS. La fiche de chaque médicament donne accès à son résumé des caractéristiques du produit (RCP), à la notice d’information aux patients, à l’avis de la commission de transparence, aux conditions de prescription et délivrance ainsi qu’à leur prix et niveau de remboursement par l’assurance maladie. Pour chaque indication thérapeutique sont fournies des ressources documentaires incluant les ATU/RTU, les recommandations thérapeutiques, les revues Cochrane, les propriétés pharmacologiques et les ruptures d’approvisionnement des médicaments concernés. La base DocaMED est mise à jour chaque semaine en lien les données accessibles sur leurs sites web de la base de données publique sur les médicaments, de l’ANSM, de l’HAS et de l’EMA.

L’application Docamed sera mise à disposition des universités françaises via  la plateforme de l’université  numérique nationale UNESS (ex UNF3S) et en lien avec l’application SIDES. Elle servira de base au développement d’un outil informatique d’analyse d’ordonnance pour l’enseignement des étudiants en médecine et en pharmacie ainsi que dans le cadre de la formation post-universitaire des médecins et pharmaciens

2.3 Communication

« Apport de la génétique dans la prise en charge du patient hémophile et de sa famille »

Diapositives présentées

Christine Vinciguerra, PU-PH Institut des Sciences Pharmaceutiques et Biologiques, Faculté de Pharmacie de Lyon, présentée par la 3ème section

Les hémophilies sont des maladies hémorragiques, dues soit à un déficit en facteur VIII de la coagulation pour l’hémophilie A, soit à un déficit en facteur IX pour l’hémophilie B. Cette maladie est de transmission récessive liée au sexe et touche environ une personne sur 10 000. Si le diagnostic de la maladie ne nécessite pas d’étude génétique, elle est néanmoins recommandée pour améliorer la prise en charge du patient et de sa famille.

En premier lieu, l’étude génétique est indispensable pour le diagnostic de certitude de conduction chez les femmes apparentées. Cette étude génétique se fait en 3 étapes : la caractérisation de l’anomalie chez le patient, puis la détermination de l’aspect délétère de cette mutation et ensuite la recherche de l’anomalie chez les femmes potentiellement conductrices. La seconde étape est parfois très difficile et nous avons développé une plateforme d’expression cellulaire de variants permettant de déterminer ex vivo les conséquences de l’anomalie génétique et donc d’aider le conseil génétique.

En second lieu, des études ont montré une corrélation entre le type d’anomalie génétique et le risque pour le patient de développer un anticorps dirigé contre le facteur manquant et qui lui est administré dans le cadre de son traitement. Cette complication assez fréquente perturbe notablement la prise en charge du patient. Cette corrélation permet de repérer les patients les plus à risque de développer un inhibiteur, mais également d’intégrer ce risque dans des études permettant d’évaluer le potentiel immunogène d’un traitement.

Enfin, depuis quelques années, ont été mis en évidence des grands réarrangements, qui peuvent concerner d’autres gènes situés à proximité des gènes F8 et F9. Des études récentes permettent maintenant de mieux appréhender les conséquences pathologiques de ces anomalies des autres gènes et donc d’améliorer le conseil génétique.

En conclusion, l’apport des études génétiques dans l’hémophilie permet une meilleure prise en charge du patient et de sa famille. Il est à noter que ces études génétiques restent à ce jour infructueuses dans 3 à 5 % des familles, laissant penser que d’autres mécanismes mutationnels à découvrir peuvent être responsables d’hémophilie.

Séance non publique

 

Clôture de la séance par le Président, Claude Vigneron

 

 

 

 

*       *

*